L’actualité sociale dans les hauts de France

Retour à l'accueil
Actualité

Calais

Entre urgence et ignorance

A Calais, des hommes qui fuient la misère et la guerre

Nous assistons depuis plusieurs mois à Calais à l’arrivée de ceux qui fuient la misère et les guerres, parfois provoquées avec les bombes vendues par notre propre pays, voués à attendre un hypothétique passage en Angleterre dans les conditions de fortune de la « Jungle », avec souvent le seul soutien des bénévoles associatifs.

Nous voyons pousser les murs et les barbelés en guise de réponse à la détresse des « damnés de la terre ». Nous voyons aussi la haine, les mensonges, l’intolérance imbécile exacerbés par ceux qui veulent jouer sur les peurs.

Cette situation n’est plus acceptable, ni pour les réfugiés, ni pour l’ensemble des populations du calaisis qui vivent dans une ambiance de siège de guerre, ni pour les travailleurs du port ou des transports calfeutrés dans de véritables camps retranchés.

Nous savons d’ores et déjà que les premières dispositions prises ne sont pas à la hauteur.

L’État a aujourd’hui les ressources et toutes les cartes en mains pour permettre un accueil et un accompagnement des réfugiés à Calais, dans le respect des droits fondamentaux, pour développer l’hébergement d’urgence dans des conditions dignes.

Il n’y a d’autre choix que celui de la solidarité.

Rencontre entre les associations locales et nos candidats

Le 5 novembre dernier, les candidats Michelle Demessine, Patricia Duvieubourg et Bertrand Péricaud accompagnés de Dominique Watrin, sénateur, et d’Hervé Poly, secrétaire fédéral du PCF du Pas de Calais, sont allés à la rencontre des associations présentes dans la « jungle » de Calais.

Autour d’un thé généreusement offert par Salam, structure associative créée quelques mois après l’arrêt du centre de la Croix Rouge en 2002, les bénévoles ont pu faire part de leur constat et des besoins des populations réfugiées dans un restaurant de fortune comme il en existe dans le camp.

Présent aussi sur les lieux, le Secours catholique a déploré qu’une décision aussi importante que celle de la fermeture de Sangatte et prise à l’unanimité, n’ait pas été accompagnée de mesures d’accueil et de prise en charge des migrants.

Pour l’association, ouvrir de nouveaux camps, de nouvelles « zones tampon » est évidemment une mesure d’urgence. Rappelons que le site a été récemment reconnu comme « bidonville » par le Tribunal de Lille. Néanmoins, cette alternative ne peut se passer de plans de formation et d’insertion des réfugiés, dont le nombre ne cesse de s’accroître : entre 50 et 130 arrivent chaque jour à la gare de Calais.

Autre obstacle au désengorgement du camp : le manque d’information. Comme le rappelle une bénévole sur place : « les migrants sont obsédés par l’Angleterre. Ils ont besoin d’être entendus mais aussi de connaître tout ce que la France peut leur offrir. » Circulation de l’information d’autant plus nécessaire que chaque semaine, plusieurs migrants, désespérés, remettent encore leurs dernières économies, souvent plusieurs milliers d’euros, dans les mains de passeurs peu scrupuleux.

Nos propositions

Pour des droits universels des citoyens

Notre programme « L’Humain d’abord », souhaite dans ce sens développer des droits pour tous les citoyens. Nous souhaitons notamment :

  • Promouvoir une culture de la paix
  • Créer un observatoire contre les discriminations
  • Organiser un Sommet européen sur la situation des migrants

Au-delà de la situation des migrants, nous devons garantir le droit de libre circulation (déclaration universelle des droits de l’Homme article 13).

Nous souhaitons contribuer à une citoyenneté de résidence à destination de ceux qui s’installent durablement sur notre territoire, en leur garantissant les droits fondamentaux, notamment celui du logement social, afin de mettre fin aux bidonvilles. Cet effort doit d’ailleurs s’adresser à l’ensemble des populations en situation de précarité (mal-logés, SDF, roms, migrants…).

Dans ce cadre, le droit de vote des résidents étrangers ne sera pas oublié et la région veillera à sa mise en œuvre lors des consultations qu’elle organisera. L’ensemble des éléments que la Région mettra en place visera la fin des violences policières et la défense des droits de tous les travailleurs.

Un conseil régional ouvert au monde

Qu’il s’agisse des enjeux économiques, climatiques, culturels ou sociaux, il parait désormais évident que les événements en cours sur la planète ont un impact sur notre quotidien.

Partout dans le monde, des mouvements, des groupes et des peuples pensent et mettent en œuvre des initiatives visant à répondre aux enjeux écologiques, démocratiques et sociaux.

Nous souhaitons que le nouveau conseil régional soit ouvert au monde qui l’entoure, contribue aux réflexions et aux actions favorisant un monde de paix, de justice et de coopération.

Les expériences de par le monde doivent également enrichir notre réflexion pour une région en transition et la mise en place d’un nouveau modèle de développement, durable et juste.

Ainsi, nous organiserons un forum social et citoyen pour permettre des échanges dans la durée et la promotion de pratiques alternatives au modèle inégalitaire et destructeur dans lequel nous vivons.

Les autres articles

Recevoir l'infolettre de la campagne :

RSS
Front de Gauche

La liste L'humain d'Abord ! est un rassemblement citoyen pour une gauche combattive et écologiste dans notre région. Elle s'inscrit dans le cadre du Front de Gauche.
Elle est soutenue par les partis politiques suivants :