L’actualité sociale dans les hauts de France

Retour à l'accueil
L’industrie

Nord et Pas-de-Calais

Numéro 1 de l’industrie automobile française

Production :

En 2015, 7 sites industriels ont fabriqué 555.500 véhicules, 611.300 moteurs et 1.334.800 boîtes de vitesse.

Dans le même temps, les immatriculations neuves en France sont en hausse :

En février 2016, avec 166 739 immatriculations, le marché français confirme cette tendance avec une progression de 13% par rapport à février 2015.

Les constructeurs français renouent avec la croissance après une forte baisse de la production née de la crise de 2008 et des politiques d’austérité? qui ont frappé le pouvoir d’achat. Les Français et les entreprises ont repoussé jusqu’à ces derniers mois le remplacement de leur voiture ou le renouvellement de leur parc automobile.

Les marques françaises et étrangères visent une hausse de la production jusqu’en 2020 en faisant également le pari de nouveaux modèles. Selon les projections des différents groupes, 900.000 véhicules par an devraient sortir de nos usines régionales. C’est une bonne nouvelle pour l’emploi... si cela se traduit par de vrais contrats de travail avec de vrais salaires et de bonnes conditions de travail !

PNG - 7.2 ko
Prévision de production automobile
En France à l’horizon 2020

Emploi

Pour produire 555.000 véhicules en 2014, les 317 entreprises de la filière automobile ont employé 50.120 Salariés. Pour produire 900.000 véhicules en 2020, soit une augmentation de 50 %, Il manquerait près de 10.000 emplois en CDI.

Pourtant l’industrie automobile régionale a perdu 1.250 postes entre septembre 2014 et septembre 2015 ! Ils sont remplacés par des cadences plus importantes et des intérimaires, en hausse de 10%. Après avoir supprimé des milliers d’emplois en CDI depuis 2008, l’industrie automobile compte embaucher une main d’œuvre plus corvéable et flexible à souhait.

La filière automobile, dès 2016, doit devenir le « Moteur Turbo » de l’économie industrielle régionale.

La première richesse d’une grande région industrielle, ce sont ses salariés, leurs compétences et leur savoir-faire.

Pour répondre à cette demande, les constructeurs automobiles, avec l’aide de la région et de l’État pourraient décider, au lieu d’embaucher des intérimaires, d’ouvrir des bureaux d’embauches en CDI, accompagnés de plans de formation.

Aides de l’État

Les aides de l’état en direction de ces groupes sont importantes : Soit 232,1 millions de crédit d’impôt versés aux deux constructeurs français. Combien en 2015, 2016, 2017 ? Ces sommes, issues de nos impôts, doivent servir à la création d’emplois en CDI et non à payer une main d’œuvre corvéable à souhait. De même, l’argent public doit être versé aux constructeurs si ces derniers s’engagent à faire travailler les PME locales et à produire français. Produisons ici ce que nous consommons ici !

Bénéfices

Les salaires ne représentent plus que 12,4 % du prix du véhicule. Ce n’est donc pas les salaires qui pèsent sur le coût de fabrication mais bien les dividendes versés aux actionnaires.

PNG - 25.9 ko
Resultat des groupes Renault Nissan et PSA
en 2015

Les autres articles

Recevoir l'infolettre de la campagne :

RSS
Front de Gauche

La liste L'humain d'Abord ! est un rassemblement citoyen pour une gauche combattive et écologiste dans notre région. Elle s'inscrit dans le cadre du Front de Gauche.
Elle est soutenue par les partis politiques suivants :