L’actualité sociale dans les hauts de France

Retour à l'accueil
Une région humaine et écologique

Une agriculture durable

Consolider notre place agricole et nos territoires en combattant la jungle du marché

CONTEXTE

L’agriculture est aujourd’hui en crise. En France et en Europe, le productivisme s’est accompagné d’un effondrement de l’emploi agricole, de la baisse des revenus des producteurs, et de graves préjudices environnementaux et sanitaires.

Les politiques libérales tentent d’imposer partout une concentration de l’agriculture sous le pouvoir de gros propriétaires et de multinationales de l’agro-industrie, employant des ouvriers déplacés et sous-payés, accaparant les terres et les ressources, et soumettant de plus en plus le paysan grâce au contrôle des processus de production (génie génétique, pesticides, nanotechnologies…).

CONSTAT

La dernière mouture de la PAC? poursuit le démantèlement des mécanismes de protection douanière et de gestion des marchés (cette année avec les quotas laitiers par exemple) alors qu’elle favorise les mécanismes d’assurances privées.

Le Nord-Pas-de-Calais – Picardie n’échappe pas à ce rouleau compresseur libéral. Rien que dans le Nord-Pas-de-Calais, terre d’élevage avec la moitié des exploitations comprenant un atelier d’élevage, 2 500 exploitations d’élevages sont en difficultés.

Nous combattons résolument les baisses de revenus des exploitations, les retraites agricoles des chefs d’exploitation en dessous du seuil de pauvreté ou bien les refus de prêts par les banques.

NOS PROPOSITIONS

Nous ne pouvons vouloir une transformation écologique et sociale de la région sans repenser nos systèmes agricoles. Au Front de Gauche nous défendons une agriculture durable, qui respecte son environnement et permet aux chefs d’exploitation de vivre dignement.

Nous voulons une agriculture paysanne, clé d’une politique agricole répondant aux besoins humains, assurant une stabilité et une dignité du métier d’agriculteur/éleveur. Cette agriculture paysanne garantie la viabilité sociale du système agricole autant que la qualité de la production agricole et de notre territoire régional.

Pour répondre à ces besoins et ces enjeux, nous fixons 2 marqueurs régionaux, à savoir :

Assurer la sécurité alimentaire

Afin de répondre au défi alimentaire, la production agricole doit être soutenue et l’indépendance alimentaire garantie pour ne pas dépendre des marchés mondiaux.

Réguler les marchés pour conforter les revenus pour vivre dignement de son travail 

Il est nécessaire que les producteurs soient justement rémunérés de leur travail, condition indispensable pour favoriser l’installation des jeunes et maintenir des paysans nombreux. Cela doit passer par des prix minimums garantis, la maîtrise de la production, le soutien aux exploitations et aux filières les plus fragiles. Il est également nécessaire de redistribuer la valeur ajoutée au profit des producteurs.

NOS PRIORITÉS

Pour arriver à ces objectifs, nous proposons concrètement 5 priorités :

Un soutien aux nouvelles installations agricoles,

Par une gestion plus regardante de la Société d’Aménagement Foncier et d’Etablissement Rural (SAFER) [1] en faveur des primo-installations et des reprises en agriculture biologique, puisque le Conseil Régional y siège : plus de préemptions en faveur des nouvelles installations, suppression des « chapeaux ».

L’investissement dans le futur agricole

L’investissement dans le futur agricole via une aide aux jeunes, au réseau tutorat, pour les 4 premières années d’installation et la garantie d’accès à un prêt à 0% pour la primo-installation, grâce au Fonds d’Investissement Régional. Un soutien financier pour la formation et la recherche dans le domaine de l’agriculture et notamment en agriculture biologique.

Un encadrement de la production,

Un encadrement de la production, pour garantir les revenus via des quotas de production contre un prix minimum garanti par la nouvelle région ; un renforcement de la plateforme régionale d’achat pour garantir et favoriser la vente et la consommation de produits de notre région.

Un encouragement financier et un accompagnement régional en faveur d’une agriculture durable,

Via une prise en charge régionale d’une partie du coût de la certification en agriculture biologique, complétée par une aide à la conversion supplémentaire aux aides nationales. ; une aide financière régionale à la mise aux normes environnementales des petites exploitations.

Une poursuite d’une agriculture durable et de proximité,

  • Par l’amplification de la lutte contre l’étalement urbain ;
  • par la diversification des cultures pour préserver le potentiel agronomique des terres ;
  • par l’aide aux communes et exploitations en pointes dans la lutte contre les produits phytosanitaires ;
  • par le soutien aux AMAP? et circuits-courts garantissant un lien entre producteur et consommateur et un échange à la fois équitable et humain.

CONCLUSION

Face à un modèle agricole concurrentiel, nous sommes tous victimes : agriculteurs, comme consommateurs sont atteints dans le sens même du métier, dans la qualité et l’accès pour tous à de bons produits.

L’Europe et les intermédiaires étranglent notre agriculture. Et donc nos territoires, notre santé, bref nos vies de tous les jours.

Par ces mesures, concrètes et finançables, nous pouvons remettre à l’endroit un système qui marche sur la tête et court à sa perte. C’est possible en plaçant l’Humain d’Abord !

Notes :

[1Les Sociétés d’aménagement foncier et d’établissement rural (Safer) permettent à tout porteur de projet viable - qu’il soit agricole, artisanal, de service, résidentiel ou environnemental - de s’installer en milieu rural. Les projets doivent être en cohérence avec les politiques locales et répondre à l’intérêt général.

Les autres Thématiques

Recevoir l'infolettre de la campagne :

RSS
Front de Gauche

La liste L'humain d'Abord ! est un rassemblement citoyen pour une gauche combattive et écologiste dans notre région. Elle s'inscrit dans le cadre du Front de Gauche.
Elle est soutenue par les partis politiques suivants :