L’actualité sociale dans les hauts de France

Retour à l'accueil
  • En 2011, les transports routiers sont responsables de 57 % des émissions de NOx et entre 17 % et 19 % des émissions de particules de France métropolitaine.
  • Un automobiliste français émet chaque année en moyenne 2,5 fois le poids de sa voiture en dioxyde de carbone (CO2) et la moitié de son propre poids en polluants divers
Des services publiques accessibles et efficaces

Transports, des ambitions pour une nouvelle mobilité écologique

Se déplacer mieux en se libérant de la route

Au Front de Gauche, nous portons l’idée que notre grande région Nord - Pas-de-Calais - Picardie doit être en mesure de garantir à tous une mobilité de qualité, choisie et tournée vers la recherche de la réduction du trafic routier.

Garantir L’Humain d’abord ! dans les transports, c’est se battre pour l’égal accès sur nos territoires, pour une accessibilité universelle – c’est à dire pour les Personnes à Mobilité Réduite et pour tous les portes monnaie - pour des mobilités variées, de plus en plus écologiques et répondant aux impératifs de la lutte contre le dérèglement du climat.

CONTEXTE

Les besoins croissants de mobilité, le coût des transports et les manques d’alternatives bloquent aujourd’hui la maîtrise de nos déplacements sur le territoire régional Nord-Pas-de-Calais - Picardie. Et donc une maîtrise juste, égale et partagée par les 6 millions d’habitants de la grande région.

Le manque d’investissement dans le TER plombe la qualité et l’égalité du service. Les infrastructures sont surchargées et le budget transport pèse encore trop lourd dans le budget des ménages. Pourtant, les impératifs de la lutte contre les gaz à effet de serre devraient inverser les choix et prioriser les transports collectifs.

Là encore, les choix politiques actuels nous plongent dans le vide : la concurrence dans le monde des transports conduit à des fermetures/déshabillage de lignes TER, TET ou Train Intercités, des hausses dans les abonnements ou des freins à des aménagements ambitieux.

Cette concurrence nous pénalise tous au quotidien. Elle est une aberration environnementale. Pire, l’entretien du matériel roulant n’est pas optimal. Notre sécurité est compromise, tant du point de vue des risques d’accidents que du point de vue de la détérioration de l’environnement et du climat.

CONSTAT

Nous sommes aujourd’hui inégaux face aux déplacements. Que ce soit le coût du carburant, de l’abonnement aux transports collectifs, des dessertes, des horaires et des ralentissements, le système de transport que nous connaissons doit changer. Il génère des inégalités et ne se soucie pas de l’environnement et des impératifs de la lutte contre les gaz à effet de serre.

Au Front de Gauche, nous avons toujours été à la pointe du débat et des combats dans le domaine des transports.

Nous affirmons que le citoyen qui utilise les transports collectifs rend service à la société ! Celle-ci doit donc réfléchir aux moyens incitatifs à mettre en place dans ce domaine pour participer à la lutte collective de l’Humanité afin de maintenir la hausse du réchauffement climatique à moins de 2°C à l’horizon de 2050.

L’argent public ne sera jamais aussi bien utilisé aujourd’hui pour demain qu’en priorisant les transports collectifs aujourd’hui. 2050, c’est déjà aujourd’hui.

NOS PROPOSITIONS

Avec une région de 6 millions d’habitants, les transports et nos mobilités doivent plus que jamais évoluer. Au Front de Gauche, nous portons une vision ambitieuse et crédible : un droit au transport pour tous, partout, peu cher. Nous nous battons pour des mobilités régionales sources de solutions environnementales, d’emploi et de confort.

Ce système de transport passe par le progrès des normes sociales et écologiques dans ce qui existe aujourd’hui, par la garantie de l’égalité territoriale et par l’investissement dans les mobilités de demain.

Pour répondre à ces besoins et ces enjeux, nous fixons 4 marqueurs régionaux :

Garantir l’égalité entre les territoires

Habiter en zone rurale ne doit pas être pénalisé par une offre de transport rare. La fusion de nos régions doit être l’occasion de garantir, sur cet espace immense et très peuplé malgré des densités variées, une région accessible, praticable, traversable.

Réduire les tarifs des transports, augmenter le confort 

Pour que prendre le TER soit un réflexe, les tarifs TER de la future grande région doivent envoyer un signal positif. Une négociation avec la SNCF est nécessaire. Elle devra inclure aussi des revendications pour améliorer le confort. Voyager à bas coût ne veut pas dire réduire la qualité du service.

Le transport scolaire doit être gratuit dans tous les cas de figure car il est lié à la gratuité de l’enseignement. La volonté des collectivités territoriales d’aller dans le sens de la gratuité des transports collectifs doit être encouragée. Celle-ci est possible à l’image de la communauté d’agglomération de Dunkerque qui l’envisage dès 2018. Nous rendrons les transports collectifs gratuits les jours de pic de pollution.

Investir maintenant dans les mobilités durables

Le co-voiturage est à développer, mais il ne suffira pas à résoudre les soucis automobiles (pollution, émanation de CO2, trafic, etc.). Nous devons donc encourager les alternatives à mettre en place en termes de déplacements collectifs et individuels en réfléchissant à de nouveaux modes de propulsion non producteurs de CO2, dès lors que les solutions proposées répondent aux impératifs écologiques (moteur électrique, à eau, à l’hydrogène, air comprimé, bio-méthane produit à partir des déchets ménagers, hybride…).

La recherche doit être encouragée pour favoriser des solutions dont l’impact environnemental sera nul. Les perspectives d’emplois sont avantageuses pour notre territoire.

Lancer les grands projets écologiques

Pour lutter contre l’omniprésence des voitures et des camions, le fret ferroviaire et fluvial sont à développer. Les projets sont sur la table (Canal Seine-Nord à débattre, gares de triage à faire renaître, ...).

Le dés-engorgement du réseau autoroutier autour de Lille passe par l’agrandissement de la gare Lille Flandres ou la création d’une troisième gare. C’est dans cet esprit que nous investirons ensuite pour augmenter la cadence sur toutes les lignes desservant la métropole lilloise, dont le « Réseau Express Grand Lille » (véritable RER régional entre la métropole lilloise et le bassin minier)

De même, en Picardie, nous voulons la réalisation du barreau ferroviaire entre Creil et Roissy et nous sommes favorables à la liaison de la ligne Paris-Crépy avec Le Mesnil-Amelot dans le cadre du Grand Paris.

Le maillage des pistes cyclables doit être développé, avec de véritables pistes cyclables et en favorisant la constitution de garages pour vélos aux abords des gares ferroviaires, dans un souci de complémentarité des moyens de transport. Nous développerons des Vélos Voies Routes.

NOS PRIORITÉS

Pour arriver à ces objectifs, nous proposons concrètement 5 priorités :

L’égalité pour tous entre les territoires

  • Le transport pour tous doit être assuré quel que soit le lieu d’habitation, pour désengorger les routes, désenclaver les zones rurales et lutter contre la pollution et les gaz à effet de serre. Nous tenons à assurer ce droit aujourd’hui juste inscrit dans la loi, sans logique de rentabilité.
  • A la région, nous mènerons le bras de fer avec la SNCF pour la réouverture des gares et guichets fermés, pour garantir de nouvelles dessertes et des grilles horaires plus avantageuses. La SNCF doit également restaurer son tarif unique par kilomètre (TGV compris).
  • L’égalité passe aussi par la renégociation du plan de mise en accessibilité du réseau TER pour les personnes à mobilité réduite. Il est impensable d’attendre encore 10 ans.
  • De même, nous travaillerons à obtenir les tarifs les plus avantageux pour tous les salariés de la région qui se rendent à Paris pour leur travail.

Le triple AAA pour des transports de qualité : Assis, A l’heure et Avertis

  • Nous adoptons cette devise née dans le monde associatif. Elle nous anime pour les transports régionaux. Mobilité doit rimer avec qualité. Les fermetures de lignes ou les transferts des trains Intercités aux régions ne sont pas envisageables.
  • Humaniser les transports. La SNCF doit garantir des transports plus humains : la présence d’agents en nombre suffisant est nécessaire pour assurer l’information et la sécurité des voyageurs. La qualité du service rendu passe par cette présence. Il n’est par exemple pas acceptable que l’on supprime les contrôleurs sur une ligne comme Beauvais-Paris. Humaniser les transports ferroviaires, cela veut dire aussi qu’il y a suffisamment de trains gros porteurs pour assurer une place assise à chaque voyageur.
  • Création d’un TER interrégional  : des transports de qualité ne peuvent enfin faire l’économie d’un TER interrégional Creil-Longueau-Arras-Douai-Lille permettant d’éviter Paris.
  • Création d’un atelier régional de maintenance. S’agissant du matériel, les rames TER actuelles comme les rames futures doivent pouvoir faire l’objet d’une maintenance efficace, dans des ateliers spécifiques. La création d’un atelier régional de maintenance est par conséquent indispensable.

L’engagement dans la filière hydrogène régionale.

De la recherche, à la production de voitures et bus propres, en passant par le déploiement des bornes de rechargement, la région doit investir dans ce domaine.

Le déblocage rapide de problématiques connues

  • Comme le passage de l’A26 à la gratuité, la gratuité des transports collectifs lors des pics de pollution, la réouverture des gares de triages fermées, l’extension du nombre de voies à la gare Lille-Flandres.
  • Lutter contre les bouchons et la thrombose routière passe aussi par des infrastructures nouvelles sur les lignes surchargées (ex : axe Creil-Roissy) ou pour désengorger les autoroutes A1, A23, A25.
  • La gratuité du transport scolaire : étudier est un droit, pas un privilège !
  • L’inspection des lignes et du matériel roulant est notre priorité pour garantir la sécurité qui aujourd’hui est menacée.

Le soutien actif et attentif aux grands projets alternatifs

  • Le RER bassin minier doit être appuyé tout en s’assurant de son mode de gestion : c’est un levier historique et écologique pour relancer et faire respirer le bassin minier.
  • Le Canal Seine-Nord, potentiel futur chantier d’échelle européenne doit être générateur d’emploi pour notre région et desservir notre façade maritime. (il convient de relever les ponts à 7 mètres entre Seine Nord et Dunkerque pour les canaux à grand gabarit). Le coût écologique des travaux devra être réévalué et pris en charge.

Les autres Thématiques

Recevoir l'infolettre de la campagne :

RSS
Front de Gauche

La liste L'humain d'Abord ! est un rassemblement citoyen pour une gauche combattive et écologiste dans notre région. Elle s'inscrit dans le cadre du Front de Gauche.
Elle est soutenue par les partis politiques suivants :